Holy Daughters

Holy Daughters est le premier volet d’un travail de plusieurs années en Asie, réflexion sur le déséquilibre des sexes et le détournement de nouvelles technologies scientifiques à des fins de sélection.
Les sculptures Holy Daughters, hybrides entre la vache, animal sacré et symbole de fertilité, et la fille, vecteur de fertilité mais non désirée, interrogent la préférence pour le garçon en Inde.
En septembre 2010, Prune Nourry abandonne plusieurs sculptures dans les rues de New Delhi et documente les réactions des habitants.

Plus

L’Asie est devenue le continent le plus masculin au monde. Les résultats du recensement démographique indien, dévoilés en mars 2011, sont les pires depuis l’indépendance du pays : 914 filles pour 1000 garçons. Cela est notamment dû à l’apparition, dans les années 80, de nouvelles technologies telles que les échographes qui ont entraîné d’innombrables avortements sélectifs au détriment des filles. Ce phénomène a des conséquences dramatiques sur la condition féminine : achat de femmes pour les marier, enlèvement de fillettes, prostitution, cas de polyandrie…
Hybrides entre la vache sacrée et la femme, les sculptures Holy Daughters de l’artiste Prune Nourry soulèvent la problématique de la sélection du sexe.
La vache, symbole de fertilité par le lait qu’elle donne, est vénérée.
La fille, vecteur de fertilité, est considérée comme un fardeau et n’est pas désirée.
Hybrider la fille avec la vache indienne pointe néanmoins un paradoxe : Si cela la place au même rang sacré que la vache, cela l’enferme aussi dans l’image de pureté dans laquelle la société indienne la perçoit depuis des générations.
En septembre 2010, Prune installe ses sculptures dans les rues de New Delhi, et documente en photos et vidéos les multiples réactions des habitants.
À peine installées devant les « Mother Diaries » (distributeurs de lait), les sculptures  provoquent un attroupement soudain et suscitent la curiosité. Le lien entre la « Gau Mata » (vache sacrée) et la condition de la femme se fait naturellement dans un public très largement masculin, venant des classes les plus diverses; vendeurs de rue, plombiers, policiers, étudiants…
Prune Nourry a donné sur ce sujet une conférence au Musée du Quai Branly à Paris, le 10 juin 2010, sous la direction de Christine Ithurbide, et une conférence à New Delhi avec la sociologue Ravinder Kaur, le 16 septembre 2010 au India Habitat Center, sous la direction d’Alka Pande.

Exposition Holy Daughters
L’exposition Holy Daughters s’est tenue à Paris en janvier 2011, sous le commissariat de Tatyana Franck. Avec comme fil conducteur le Lait, cette exposition a mis en scène la performance Holy Daughters à New Delhi au travers d’installations, de photos et de vidéos. Un « happening gustatif » a eu lieu durant le vernissage, en collaboration avec la Maison du Lait.

Holy Daughters 2010-2013

Moins

Vidéo

Holy Daughters performance, New Delhi, India, 2010

Œuvres

Performances

Expositions