Anima

Anima s’inspire de la légende de K’in Obregon, figure énigmatique de la tribu Maya des Lacandons exposé dans un zoo humain en 1937, pour interroger la frontière entre l’animé et l’inanimé, l’humain et l’animal, le naturalisme et l’animisme.
Après deux voyages dans la jungle mexicaine, Prune Nourry et Valentine Losseau, anthropologue travaillant depuis de nombreuses années avec les Mayas Lacandons, créent à New York une exposition multi-sensorielle et invitent magiciens, artistes, sculpteurs et scénographes à collaborer. La plongée dans cette forêt imaginaire créée au cœur de la ville invite à une méditation sur la différence entre l’homme et l’animal et une réflexion sur le la notion d’âme.

Plus

L’exposition multi-sensorielle Anima est une réflexion sur la frontière entre l’Homme et l’Animal et la notion d’âme, articulée autour d’un personnage mythique : K’in Obregon. K’in Obregon est une figure centrale des Lacandons, peuple descendant des Mayas réfugiés dans la jungle du Chiapas (Mexique) depuis l’arrivée des Conquistadors. Valentine Losseau, anthropologue et dramaturge, travaille depuis 7 ans avec la famille de K’in Obregon. Peu avant sa mort, il lui a parlé de sa vie étrange et mystérieuse.

Selon la légende, K’in Obregon aurait été invité à l’Exposition Universelle tenue à Paris en 1937, afin d’être exposé en tant qu’indigène dans ce qu’on qualifie aujourd’hui de « Zoos Humains », critiqués pour déshumaniser des indigènes en les montrant comme des curiosités voire des animaux. Revenu au Mexique, des années plus tard, sa mort fut ensuite annoncée avant qu’il ne réapparaisse soudainement au sein de sa communauté, comme réincarné…
La référence à cette figure énigmatique permet d’interroger la frontière entre animé et inanimé, entre humain et animal, ainsi qu’entre naturalisme et animisme. En effet, d’un côté le point de vue « occidental » place l’homme au-dessus de la création et du genre animal, qui se trouve dépourvu d’âme. De l’autre, pour un Lacandon, sa vie entière sera liée à un animal-totem, son double vivant dans l’inframonde, qui se manifeste très souvent dans les rêves, qui ont pour les Lacandons valeur de réel.

Dans un parcours avant tout expérimental et sensoriel, entre forêt et site archéologique, les spectateurs sont immergés dans un univers de mythes et de magie. Les enfants, principaux acteurs de cette installation grâce à un livre dédié et enrichissant la visite, sont invités à participer à cette recherche et à élargir les points de vue qui changent et évoluent selon les civilisations et les périodes. Et si le rapport entre l’homme et l’animal n’était pas vertical mais horizontal, d’égal à égal ? Et si les animaux avaient une âme ?

Ce projet est né de la rencontre entre Valentine Losseau et Prune Nourry, marquée par les recherches de cette dernière. Après un premier voyage exploratoire au Mexique, une collaboration avec la Compagnie 14:20 visant à réunir différents univers s’est dessinée, afin de restituer toute la magie et le caractère unique de cette expérience.

Anima 2015-2016

Moins

Expositions